Montaigne: On Democritus and Heraclitus


Democritus et Heraclitus ont esté deux philosophes, desquels le premier trouvant vaine et ridicule l’humaine condition, ne sortoit en public, qu’avec un visage moqueur et riant : Heraclitus, ayant pitié et compassion de cette mesme condition nostre, en portoit le visage continuellement triste, et les yeux chargez de larmes.
alter
Ridebat quoties à limine moverat unum
Protuleratque pedem, flebat contrarius alter.

Juvenal

J’ayme mieux la premiere humeur, non par ce qu’il est plus plaisant de rire que de pleurer : mais par ce qu’elle est plus desdaigneuse, et qu’elle nous condamne plus que l’autre : et il me semble, que nous ne pouvons jamais estre assez mesprisez selon nostre merite. La plainte et la commiseration sont meslées à quelque estimation de la chose qu’on plaint : les choses dequoy on se moque, on les estime sans prix. Je ne pense point qu’il y ait tant de malheur en nous, comme il y a de vanité, ny tant de malice comme de sotise : nous ne sommes pas si pleins de mal, comme d’inanité : nous ne sommes pas si miserables, comme nous sommes vils.

(Translation available here.)

One thought on “Montaigne: On Democritus and Heraclitus

  1. Which is actually a good thing. Contra Donne: “Among our wise men, I doubt not that there are some who would laugh at Heraclitus weeping; none who would weep at Democritus laughing.” Or maybe not contra,

Leave a Reply